Posted in In English, musique, queen, voyage

Barcelona (city, album and song)

I left home hoping I would “disconnect” as much as possible on this vacation. Anything from a computer to a tablet (I didn’t bring any) to work (I deleted Slack, my work-related WordPress app, and my emails last Friday after calling it a day). I bought a thousand-page book (Paul Auster’s 4321) and haven’t watched much TV (a 20 minute documentary on the consequences of overfishing in Senegal). I still have my phone, of course, for directions, taking pictures and, the occasional Instagram scroll (so that means I haven’t fully disconnected, have I?)

As we are speeding through Catalunya, I wanted to take a moment to remind anyone reading this blog of the importance of giving to those in need. Not everyone is born lucky and I believe we should help those who aren’t.

In 1987, Freddie Mercury met with Montserrat Caballé whom he admired. Their friendship developed quickly and the opera singer, a native of Barcelona, who was asked to create an anthem for the upcoming Olympic games, asked her new friend for help. Out of this collaboration came out a wonderful 8-track album (both the album and the song are called Barcelona), a perfect mix of Freddie’s sound and opera.

If you’re interested in learning more about their story, I really recommend watching the documentary on Freddie’s life called The Great Pretender. There’s a full section on their work and relationship, genuinely told by Mrs. Caballé herself.

So why am I telling you all this, you ask? Barcelona (the song) came out in 1987 and Freddie Mercury sadly passed away in 1991, about 10 months before the opening ceremony of the 1992 Olympics held in Barcelona (the city). This morning we went to Montjuïc (where the Olympics were held) and walked up from the Plaça Espanya to the castle of Monjuïc, avoiding buses, escalators, and cable cars. As we walked up I thought to myself (I’m assuming most people hike and think up existential questions) that it’s a shame AIDS is still a thing and that people keep dying for no reason (whether it’s war or illnesses) when we’re lucky to be alive, (mostly) healthy, and have more than decent living conditions. I carry a lot of guilt, if you hadn’t noticed by now. I certainly can’t fix all of this but I can give to those best placed to help fix some of the problems. So as I while climbing the stairs up to Montjuïc, I set a goal: I’d give 10€ per kilometer to the Mercury Phoenix Trust.

I track my hikes and rides on a very useful app called Strava so figuring out how many kilometers I walked wasn’t an issue:

5 kilometers. That’s how long it takes to complete the route, starting at the massive Venetian towers on Avinguda de la Reina Maria Cristina up to through the laces of the Montjuïc hill. I went through with my idea and donated 50€ to the Mercury Phoenix Trust, to help them with their fight against AIDS.

As always, ending blog posts with a well written closing paragaph is not my forte, so instead here are a couple of ideas:

  • Give, if you can, to a charity. It doesn’t have to be AIDS-related, it can be anything close to your heart (girls education, fighting hunger, poverty, etc.). Every penny counts!
  • Listen to Barcelona (the album) and improve your musical knowledge. I recommend Barcelona (the song), Guide Me Home, How Can I Go On:
Posted in cécile, voyage, wordpress

A care package from Pärnu

I didn’t choose not to go to the GM (my company-wide annual meetup where all 600 of us get together). Well, yes, I made the decision not to go, because physically and mentally, I couldn’t do it. But I didn’t choose the way traveling there makes me feel.

You may or may not know that I have a crippling anxiety disorder making me slightly nervous shopping for clothes, anxious on phone calls, to having a full-blown panic attack for, well, many reasons, the main one being near/on a plane.

Long story short, I’m terrified of flying. Like really terrified. I fly from time to time, mostly on short flights where I think about the worst that could happen and how badly I want us to arrive to our destination every second. It is a known fact that flying is one of the safest means of transport (did you know that you are 19 times less likely to die on a plane than in your car?) But still, I’m terrified like you wouldn’t believe.

Remember earlier when I said I was thinking about the worst that could happen every second of my (short) flights within Europe? Imagine crossing the ocean and go to British Columbia. It’s a 10+ hour flight. That’s 36,000 seconds of distress and a lot of energy allocated to fear. It’s exhausting.

Last year I went, and had an awesome time. The flights were tough, though I was lucky enough to have colleagues nearby to guide me through the fear. This year, I just couldn’t do it and I’m grateful my company and its HR department understand that diversity and inclusion also include invisible illnesses, the ones people don’t see, and are as real as a leg in a cast.

So I didn’t go. In a way I was relieved not to have to put myself through the terrible experience that flying is to me, but with that, of course, comes remorse, regret, and the infamous FoMO. I didn’t have an amazing week, it was mostly lonely but I got some work done (over 250 customer interactions) and spent the weekend in Switzerland. Still, it would have been nice to physically hang out with my team.

This morning the bell rang and the postman announced he had a package for me. Yesterday, I received the last package I was expecting from Amazon and thought it’d be for my fiancé. Turns out my name was on the package (“Hand-written.”, I thought. “That means it comes from someone, not a company.”). But who? It came from Estonia. Pärnu, to be exact and it didn’t take me long to figure out it came from my colleague, Kris because he’s the only one I know who lives there.

I really wasn’t expecting this. To be honest, I thought it’d be a “thank you for inviting me to your wedding” package.

What I got instead was a thoughtful care package to make me feel like I was part of the GM experience. See, being told you’re missed is sweet, and I’m really thankful to those who reached out wishing I was there. But that care package really brought tears to my eyes.

Souvenirs de Whistler : photos, lettre, et tablette de chocolat

It came with a nice letter telling me that one day I’ll be able to fly serenely. It also came with goodies from the GM (stickers, tattoos, etc.), photographs from their week in Whistler (including a Photoshopped version of our team picture!) and cherry on top: Estonian chocolate bars.

I’m not good at ending blog posts, so I’ll just say thanks again, Kris. You really made my day and I’m lucky to have you on my team.

 

Un colis en provenance de Pärnu (cliquez pour voir l’article en 🇫🇷)

Je n’ai pas fait le choix de ne pas aller au GM (le rassemblement annuel où les 600 employés de notre entreprise se réunissent). Enfin, si, j’ai pris la décision de ne pas y aller, parce que physiquement et mentalement, je ne m’en sentais pas capable. Mais je n’ai pas choisi la façon dont dont je me sens quand je voyage jusque là-bas.

Peut être que vous le savez, ou peut être que vous ne le savez pas mais j’ai des troubles anxieux qui me rendent la vie difficile. Par exemple, je suis un peu nerveuse quand je suis dans un magasin de vêtements, anxieuse quand je dois passer un appel téléphonique, et je fais des crises d’angoisses de temps en temps, pour plusieurs raisons, le plus souvent à cause de l’avion .

Pour faire court, j’ai peur de voler. Mais genre vraiment peur. Je vole de temps en temps, principalement sur des vols courts où je pense au pire qui pourrait arriver et à quel point je souhaite que nous arrivions à notre destination, et ce à chaque seconde. On sait que voler est l’un des moyens de transport les plus sûrs (saviez-vous que vous avez 19 fois moins de chance de mourir dans un avion que dans votre voiture ?). Et pourtant, je suis terrifiée comme jamais.

Vous vous souvenez plus tôt quand j’ai dit que je pense au pire qui pourrait arriver à chaque seconde lors de mes (courts) vols en Europe ? Imaginez traverser l’océan et aller en Colombie-Britannique. C’est un vol de plus de 10 heures. C’est 36 000 secondes de détresse et beaucoup d’énergie allouée à la peur. C’est épuisant.

L’année dernière, j’y suis allée, et j’ai passé un bon moment. Les vols étaient difficiles, mais j’ai eu la chance d’avoir des collègues à proximité pour m’aider à faire face. Cette année, je ne pouvais tout simplement pas le faire et je suis reconnaissante à mon entreprise et au département RH qui comprend que la diversité et l’inclusion ça inclue aussi les maladies invisibles, celles que les gens ne voient pas, et qui sont aussi réelles qu’une jambe dans un plâtre.

Je ne suis donc pas allée. D’une certaine façon, j’ai été soulagée de ne pas avoir à faire face à cette expérience terrible que représente l’avion. Mais avec cela, bien sûr, viennent les remords, les regrets et la terrible FoMO. Je n’ai pas passé une super semaine, je dirais même que je me suis sentie isolée, mais au moins j’ai pu travailler (plus de 250 interactions avec nos clients) et j’ai passé le week-end en Suisse. J’aurais pourtant préféré passer du temps “en vrai” avec mon équipe.

Ce matin, la sonnette a sonnée et le facteur m’a annoncé qu’il avait un colis pour pour moi. Hier, j’ai reçu le dernier colis que j’attendais d’Amazon et je pensais qu’il serait pour mon fiancé. En fait, non, il y avait mon nom écrit dessus (“Écrit à la main”, me suis-je dit. “Ça veut dire que ça vient de quelqu’un, et pas d’une entreprise.”). Mais qui ? Ça m’a été envoyé d’Estonie. Pärnu, pour être exacte et il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que ça venait de mon collègue, Kris, parce qu’il est le seul que je connaisse qui y vit.

Je ne m’attendais pas à ça. Pour être honnête, j’ai pensé que ce serait un colis du genre “merci de m’avoir invité à ton mariage”.

Ce que j’ai reçu à la place c’est un colis attentionné, comme si je faisais partie de l’expérience du GM. Vous voyez, s’entendre dire qu’on manque aux gens c’est sympa, et je suis vraiment reconnaissante à ceux qui m’ont contactée en souhaitant que je sois là. Mais ce colis, c’est tout autre chose.

Il y avait une belle lettre m’assurant qu’un jour je pourrai voler sereinement. Il y avait aussi des cadeaux du GM (autocollants, tatouages, etc.), des photos de leur semaine à Whistler (y compris une version Photoshop de notre photo d’équipe “au complet” !) Et la cerise sur le gâteau : des tablettes de chocolat estonien.

Je ne suis pas très douée pour clôturer des articles de blog, alors je veux simplement remercier Kris encore une fois. C’est vraiment la meilleure chose qui me soit arrivée aujourd’hui et j’en avais besoin. J’ai la chance de pouvoir le compter dans mon équipe.

care-package-parnu

Posted in En français, france, voyage

Sex and the City, édition Croix-Rousse

On se dit régulièrement avec Dylan que les pentes de la Croix-Rousse, c’est quand même le meilleur quartier de Lyon. Et pourtant, on a “tout essayé” : pour lui ça a été Villeurbanne, le 6ème, la Presqu’île et pour moi, Vaise, Valmy puis les Pentes.

On est à 100 mètres de lieux super touristiques comme la Place des Terreaux, Hôtel de Ville, l’Opéra, etc. et bien qu’on déteste tous les deux (surtout moi) le bruit, le mouvement et la foule, sur les Pentes on est très bien. Il y a bien sûr les commerces à portée de main, des bars vraiment sympas (même s’il faut avouer que la vie nocturne c’est loin d’être notre truc), la Croix-Rousse et son marché, des parcs tranquilles pour le petit qui nous évite de finir à la Tête d’Or bondée. Et puis les gens sont (généralement) gentils et naturels : on se dit bonjour, on s’excuse, on se sourit et on s’entraide. Bref, un quartier agréable où il fait bon vivre.

Continue reading “Sex and the City, édition Croix-Rousse”
Posted in cécile, En français, usa, voyage

Une touriste parisienne en visite à Paris

Quand on me demande d’où je viens, ma réponse est la suivante : ‘De Paris, mais j’ai voyagé toute ma vie’. Ça fait tout de suite très prétentieux et pourtant j’ai bien passé ma vie à voyager : mon père était dans l’Armée de Terre, les Troupes de Marine plus précisément. De l’âge de 2 ans à 3 ans, j’ai vécu en Côte d’Ivoire, de 6 à 8 ans en Guadeloupe, de 12 à 14 à Madagascar et de 17 à 18 ans au Gabon. Sans compter les voyages scolaires en Europe, Chine et États-Unis… Vous comprenez pourquoi je n’ai pas vraiment de ‘port d’attache’ et qu’il m’est difficile de répondre à la question ‘Tu viens d’où ?’.

Alors bien sûr, je pourrai répondre de l’Aisne, en Picardie mais ça fait tout de suite moins rêver. En fait, j’y ai vécu quasiment 10 ans entre nos voyages à l’étranger. Mes parents y sont désormais installés. Donc non, pas de l’Aisne. Paris. D’ailleurs, d’après mon certificat de naissance, je suis parisienne. Du XIVème arrondissement pour être exacte. Je suis née le 6 août 1990 à 13h32 à l’Hôpital International de l’Université de Paris, ce qui fait de moi une parisienne. Enfin, seulement pour les quelques heures que j’y ai passé. Bref, ça fait toujours bizarre d’affirmer être parisienne quand on ne se sent pas parisienne. À chaque fois que je vais “à la capitale” je la redécouvre. Comme le week end dernier avec Maria, une amie du New Jersey venue visiter la France.

J’ai rendez-vous avec Maria et sa famille à leur hôtel près de Montparnasse (dans le XIVème ! E.T. téléphone maison !) le lendemain de leur arrivée. Départ de Lyon à 7h05 (dur !), je retrouve Maria sur les coups de 10 heures. Sa famille décide d’assister à la messe du Sacré Coeur (en bons italiens du New Jersey, quoi…), je lui propose de faire une vraie visite de Paris, avec une vraie parisienne (vous voyez l’ironie ?). On commence avec St Germain-des-Prés, Les Deux Magots, avant de passer voir mon oncle qui tient une boutique rue Jacob. Il me conseille des croissants de chez Carton, rue de Buci. Maria adore : ça lui change des croissants tout secs, décongelés de chez Starbucks. Via des petites rues, notre visite nous amène vers la fontaine St Michel. J’explique à Maria que quand je monte à Paris, c’est surtout pour le Gibert Joseph d’à côté et ses vinyles qui m’ont aidé à agrémenter ma collection de 45 tours de Queen. Quelques mètres plus haut vers le carrefour, on aperçoit Notre-Dame. Maria est bluffée. Je lui propose de marcher le long de la Seine pour voir les bouquinistes. Elle me demande si je sais où se trouve le pont avec tous les cadenas, “comme dans les films”. Le Pont des Arts ne se trouve qu’à une centaine des mètres. Nous longeons la Seine vers l’Institut de France, Maria n’en revient pas. Au bout du Pont des Arts se trouve le Louvre (qu’elle m’a épelé Luv pour que je comprenne). On ne s’attarde pas trop : elle y retourne le lendemain avec sa famille pour aller voir Mona. On longe la Seine dans l’autre sens pour rejoindre Notre-Dame, comme dans Quasimodo. Il est midi, la messe du Sacré Coeur doit être finie, on décide de rejoindre sa famille à Montmartre, avec un détour par Pigalle, ses cabarets, le Moulin Rouge – un classique du cinéma pour les américains. On enchaine avec l’ascension de la butte et ses escaliers débouchants sur la Place du Tertre, bondée, comme d’habitude. On suit la rue jusqu’à la basilique. C’est la première fois qu’elle voit Paris de si haut, la Tour Eiffel au loin, les toits de la capitale. Maria a les yeux humides. On retrouve le reste de sa famille près des peintres avant de faire le tour du Sacré-Coeur. Avant de redescendre, on profite du soleil sur les marches, le temps est magnifique ici. À Lyon, il pleut. On redescend vers les Abbesses avant de s’enfiler une crêpe à la crème de marron (chestnut en anglais). Il est 17 heures, mon train part dans 2 heures et j’ai promis à Nicolas, un ami de Lille de boire un verre avec lui.

Retour à Lyon à 21 heures, les jambes en feu (parce que oui, la veille j’ai eu la bonne idée de faire 53 kilomètres en vélo…) après une journée touristique à Paname. Tu viens d’où déjà ? Paris.

Cette carte est interactive, promenez-vous !

Maria et moi en visite à Paris